b-flat
Acoustic Music
+ Jazz Club
10119 Berlin-Mitte
Rosenthaler Str. 13
F+F +49 30 2833123

Öffnung
So. - Do. 20h
Fr. / Sa. 21h
Reservierung
mail@b-flat-berlin.de

Free CSS3 Menu Generator Css3Menu.com

b-flat
Heute | 18.04.2015 | 22h | 13/10€

Papanosh / Frankreich  


City-funk, soul, jazz, r&b, Klezmer…
Quentin Ghomari (tp, tb), Raphaël Quenehen (sax), Sébastien Palis (acc, p, orgel), Thibault Cellier (b), Jeremie Piazza (dr)

Hinter dem merkwürdigen Namen verbirgt sich ein junges Jazz-Quintett. Aus Amerika? Könnte sein, denn es schwingt etwas von Mingus mit in ihren bluesigen Suiten. Dem Namen nach könnten sie auch aus Osteuropa kommen, zumal in ihren Bläsersolos der Aberwitz des Balkans aufblitzt. Und doch ist Papanosh eine durch und durch französische Formation. Sie macht Furore, wo immer sie auftritt, mit der puren Energie ihrer Musik, in der sich Honky-Tonky-Piano und Klezmer-Melodien kreuzen.
Ihre Musik sei „wie ein Haus mit offener Tür und offenen Fenstern“, schreiben die fünf Musiker von Papanosh in ihrer Bandbeschreibung und durch diese entriegelten Fenster und Türen kommt dann auch einiges herein, vom New Yorker Underground-Jazz über den von John Luries Lounge Lizards augenzwinkernd betriebenen Fake Jazz der achtziger Jahre bis zu Anleihen aus der okzitanischen Volksmusiktradition. Diese Quintett, das dem in Rouen verorteten Künstler- und Musikerkollektiv Vibrants Défricheurs angehört, quietscht, schrammelt, swingt, schreitet gemächlich dahin oder dreht sich auch schon mal im ¾-Takt. Diese Combo kann deshalb wie eine Funeral Band, ein traditionelles Jazzorchester oder eine schräge Free-Jazz-Combo klingen – und hat dabei einfach nur sehr viel Spaß.

Le quintet continue à montrer de remarquables dispositions pour élaborer une musique mélodique, aventureuse et décalée qui se joue des frontières et des styles. La bande normande qui fait partie du collectif Les Vibrants Défricheurs fit parler d’elle, quand, sélectionnée pour la tournée Jazz Migration 2013 du réseau de festivals AJC (ex AFIJMA), elle a joué une musique libertaire et décomplexée. Surprenants et réjouissants dès la première écoute, ils ont conquis le public de la Fête, en jouant avec un bel entrain le programme de leur album Your Beautiful Mother, sorti sur le label Vibrant en 2012.
«Gibril Circus» est l’un des titres particulièrement saisissants, joyeusement foutraque où ils passent avec aisance du free à une musique de fanfare, sonnant comme aux plus belles heures de l’Art Ensemble of Chicago, quand les musiciens noirs repérés comme activistes par les agents de la C.I.A, venaient jouer en France, terre d' asile, me confie un militant de la première heure, un brin nostalgique. Une musique lyrique et drôle où le quintet use des couleurs et timbres des différents instruments saxophones, trompette, trombone, contrebasse, clavier, accordéon, batterie.
Ils rendent aussi hommage au contrebassiste Charlie Haden disparu cet été et à son Liberation Orchestra, en interprétant «La pasionaria», inspiré de la vie époustouflante de la militante communiste de la guerre civile espagnole Dolores Ibarruri qui lança le célèbre "No pasaran".
A Banlieues Bleues, cette année, ils étaient en résidence avec le SAXOPHONISTE Roy Nathanson pour une ode vibrante au Workshop de Charles Mingus. Et l’on retrouvait jusque dans leur final ce laboratoire collectif permanent prêt à se lancer dans une célébration distanciée.
Ainsi les différentes contrées musicales visitées par le groupe finissent par se rencontrer en toute cohérence dans leur compositions virevoltantes et rigoureuses, spontanément généreuses. Papanosh ou un certain engagement de la musique actuelle .
- See more at: http://www.jazzmagazine.com/index.php/le-jazz-live/1-le-jazz-live/884-un-samedi-a-la-fete-de-lhuma-papanosh-gipsy-eye-b-to-bill-sur-la-scene-l-jazz-humah-r#sthash.EwUVnqoi.dpuf